Big – Valérie Tong Cuong

Big – Valérie Tong Cuong

« Putain de sensiblerie, qui peut savoir ce que cela pèse vraiment, 127 kilos de souffrance ? ».

Voilà. T’es dedans. T’es dans un putain de bouquin.

Pas un livre à la con sur l’obésité et les kilos en trop. Un livre sur toi, sur moi, sur les autres.

Sur les regards, sur les mots dits, et sur ceux qu’on aperçoit, au fond des yeux de ceux qui nous croisent.

Marianne, elle est agressive.

Parfois.

Elle est grossière.

Tout le temps.

Elle a la haine.

Souvent.

Valérie Tong Cuong, elle te donne à lire ses pensées, elle te pose les questions que t’as jamais osé regarder dans les yeux.

Quand elle croise Georges le type, il est beau. Sans doute parce qu’il la regarde comme la femme qu’elle est sous la carapace qui la recouvre.

Une carapace de graisse, une armure de méchanceté, sauf pour Hévé.

Hévé, c’est son fils.

Georges le type, elle le ramasse sur le trottoir. Il dort dans des cartons.

Mais Georges le type, dès qu’il recommence à marcher sur ses deux jambes, il redevient un crétin stupide.

Borné, Georges le type.

Comme les autres.

Puis j’ai écrit une fois que deux solitudes qui se rencontrent, ça fabrique souvent que deux solitudes l’une à côté de l’autre.

Rien de plus.

Puis sans doute que Marianne, y a trop de graisse autour de la tendresse qu’elle pourrait donner.

Trop de crasse autour de la gentillesse.

Alors la tendresse et la gentillesse, tu les vois pas.

T’essayes de les deviner, mais t’y arrives pas.

Par moment, tu vas être mal à l’aise.

C’est sûr.

Parce que le monde dont elle parle Marianne, c’est le tien.

Le mien.

Celui dans lequel tu te lèves tous les matins.

Celui dans lequel tu juges, souvent, sans même t’en rendre compte.

Celui du racisme ordinaire.

Tu sais, les trop gros, les trop noirs, les trop musulmans…

Tu vois ce que je veux dire ?

Une longue spirale d’autodestruction, jusqu’à la phrase finale.

Je vais pas te la donner, parce que t’iras le chercher chez ton libraire.

Il est en poche.

Pas cher.

Fais-moi confiance, comme d’hab.

http://www.leslivresdelie.com


Nicolas Elie

J'écris, je lis, puis j'écris...

Rejoignez Skōp, c'est gratuit!

Le magazine collaboratif qui vous paye pour écrire, voter & partager.

  • Aucune publicité pour les donateurs
  • Auteurs rémunérés par les dons des lecteurs
  • Contenu exclusif et personnalisé
  • Publication facile de tous vos écrits