Benzema, privé d'Euro 2016

Les faits:

En novembre 2015 sort dans les médias l'affaire Valbuena. Une histoire de chantage à la sextape, volé par un ancien employé du footballeur. Mais que vient donc faire Benzema dans cette histoire? Un mois plus tôt, celui-ci aurait approché son co-équipier pour "négocier" auprès de lui la dite vidéo.

Les journaux en font leurs choux gras. Interviews d'expert, morceaux d'écoutes, comptes rendus d'interrogatoire font de Karim Benzema l'ennemi numéro 1, en cette période de terrorisme. 

Quelques jours plus tard, celui-ci est mis en examen et, un mois après, à ce que celui-ci soit écarté de l'équipe de France.

Personnellement, je comprends très bien cette décision. Est-il normal qu'un homme qui a des démêlés avec la justice puisse représenter notre pays? Je pense que non. Et cela est une bonne chose. Les sportifs sont des modèles pour la jeunesse et ils se doivent d'être sans tâche.

Et le 13 avril, Karim Benzema, toujours mis en examen, est définitivement écarté de l’équipe de France en attendant le procès.

Irrégularités

Des documents confidentiels dans la presse

Des comptes rendus d'interrogatoires, des écoutes téléphoniques... Aussi incroyable que cela puisse paraître, un certain nombre de ces documents, confidentiels je le rappelle, se retrouve dans la presse dès le mois de novembre. Ce qui m'a le plus choquée à ce moment là fut que personne n'ait semblé trouver cela étrange.

N'est-ce pas une raison suffisante pour un non-lieu pour vice de forme? C'est une erreur fondamentale! Et je ne comprends même pas les journalistes qui ont accepté de publier ces documents. La justice ne semble donc pas avoir court dans cette affaire. Seul le buzz semble important et tant pis pour la vraie victime: Matthieu Valbuena.

Une vendetta contre Benzema

Bien avant cette affaire, Karim Benzema n'a pas le vent en poupe en France malgré des performances incroyables au Real Madrid. Les journaux s'empressent de s'emparer de cette histoire et en font leurs unes pendant plusieurs semaines. Même les attentats du 13 novembre n'éteindront pas cette vindicte. Seulement, il s'agit toujours d'articles à charge. Y a-t-il eu un seul journaliste à lui donner le bénéfice du doute? Non. Karim a été condamné avant même que sa victime présumée ne témoigne. Est-il alors simpliste de penser que les médias sportifs ont tout fait pour écarter Benzema de l'Euro?

L'intervention des politiques

Je ne remets pas en cause la décision de la FFF d'écarter Karim Benzema de l'équipe de France, ni même leurs raisons car je suis d'accord avec elles, même si cela ma chagrine. Mais si la FFF veut mettre en avant sa charte de bonne conduite, je n'ai rien à redire, bien au contraire. C'est une initiative pleine de bon sens et qui a l'avantage de présenter le football comme une vraie opportunité de s'en sortir, surtout pour les plus défavoriser.

Seulement, lorsque Emmanuel Valls, notre 1er ministre s'en mêle, il ne s'agit plus uniquement de football. Là, on parle du sport en général et de la vitrine internationale des talents français. Dans ce cas, je me pose une question: où était monsieur Valls lorsque Earvin Ngapeth, international français de volleyball lorsqu'il est condamné à 3 mois de prison avec sursis pour des faits de violence et qu'il est sélectionné pour aller jouer la coupe du monde de volley au Brésil juste après? Ou lorsque Nikola Karabatic, international français de handball a été condamné en juillet 2015 pour pari truqué?

Ce constat fait, qu'en est-il de Karim Benzema? Il n'est que mis en examen et, à l'heure qu'il est, il semble difficile de croire qu'il va être condamné. Pourtant on lui retire la possibilité de jouer l'Euro 2016. Est-ce une condamnation préventive? Un délit de sale gueule?

Et vous? Qu'est-ce que vous en pensez de tout ça?


Rejoignez Skōp, c'est gratuit!

Le magazine collaboratif qui vous paye pour écrire, voter & partager.

  • Aucune publicité pour les donateurs
  • Auteurs rémunérés par les dons des lecteurs
  • Contenu exclusif et personnalisé
  • Publication facile de tous vos écrits