Attentats, accident : comment sauver des vies

L'attentat de Munich, ce mardi 10 mai, nous rappelle que chacun peut se trouver de façon inopinée face à des blessés. Que faire en attendant les secours ?

La Brigade des sapeurs-pompiers de Paris propose jusque fin juin des formations gratuites aux gestes de premiers secours. Attention : ce n'est pas une formation donnant droit à un diplôme de secouriste. Cela dure deux heures et c'est totalement gratuit, mais cette « initiation » vous apprendra comment arrêter une hémorragie et réaliser un massage cardiaque. Cela se passe le samedi dans six casernes de Paris : Montmartre, Ménilmontant, Chaligny, Port-Royal, Sévigné, Colombier. Il faut s'inscrire sur le site de la préfecture de police de Paris.

Apprendre les gestes qui sauvent, c'est la Grande cause nationale 2016. Les Sapeurs-Pompiers de Paris, la Croix-Rouge et la Protection civile se sont engagées à donner des formations. Plus de 75.000 personnes ont déjà fait cette démarche.

Un diplôme en  sept heures

La formation aux gestes qui sauvent peut déboucher sur un diplôme appelé PSC1 : prévention et secours civiques de niveau 1. Cela se fait en sept heures avec la Protection civile. Hors Paris, le site de la Protection civile indique que c'est possible en Seine-et-Marne, les Hauts-de-Seine et l'Essonne. Dans certains cas, comme la Croix-Rouge, la formation de huit heures est payante : de 50 à 60 €

Attentats, accident : comment sauver des vies

Si vous ne pouvez pas vous déplacer, la Protection civile propose d'apprendre sur Internet grâce à une formation à distance par vidéos permettant de diminuer par deux le volume d'heures de stage pratique. Il n'y a pas qu'elle : les sapeurs-pompiers de Paris ont une page de vidéos, les pompiers de France une page de liens, tout comme la mairie de Paris qui a confié à l'illustratrice Louison le soin d'expliquer en images cet apprentissage aux Samedis qui sauvent.

Bien sûr, la formation dont on espère ne pas avoir à se servir, cela ressemble à une perte de temps... Ne pas s'en servir ou le faire au bénéfice d'un inconnu ? Pas forcément, d'abord parce qu'au moment d'un attentat ou d'un accident, vous serez sans doute entouré de proches, ensuite parce que ces gestes, même à la maison, même au travail, sur la route, il y a quelques précieuses minutes où il vaut mieux que quelqu'un les connaisse. Savoir qu'on pourra agir, c'est aussi un excellent remède à la peur.

Rejoignez Skōp, c'est gratuit!

Le magazine collaboratif qui vous paye pour écrire, voter & partager.

  • Aucune publicité pour les donateurs
  • Auteurs rémunérés par les dons des lecteurs
  • Contenu exclusif et personnalisé
  • Publication facile de tous vos écrits