Antitrust : Google pourrait être contraint de revendre Chrome.

Les autorités américaines espèrent briser le monopole de Google.


Google enquête sur les autorités américaines pour leur comportement anticoncurrentiel, et les législateurs cherchent un moyen de briser leur monopole. Cela peut être réalisé en vendant leur navigateur Web, Google Chrome.



Le processus arrive, Google n'est pas le seul géant Américain ciblé par le gouvernement : Facebook, Amazon et Apple présentent également de sérieux risques. La semaine dernière, le Congrès a demandé au comité antitrust du pays de dissoudre les GAFA, et le résultat a établi le statut de monopole écrasant et antidémocratique de ces quatre sociétés. Avant que les tests ne commencent bientôt, Google doit prendre en charge ces frais.



C'est dans cette situation que les avocats du ministère de la Justice et les procureurs généraux de plusieurs États envisagent d'autres méthodes pour limiter les pouvoirs de Mountain View. Selon les politiciens américains, son modèle économique pose un gros problème et sa méthode de conception vise à ne donner aucune opportunité aux concurrents, notamment dans les moteurs de recherche et les outils publicitaires.



Chrome permet à Google d'étendre les outils publicitaires. Après avoir interrogé les concurrents de Google et des consultants tiers, les procureurs ont maintenant exprimé la possibilité de forcer l'entreprise à vendre Chrome. Il a été lancé en 2008 et est le navigateur Web le plus utilisé au monde. Selon les autorités américaines, Google utilise les données des utilisateurs (telles que les recherches sur les plateformes, l'historique et les performances) pour développer ses outils publicitaires à l'avenir, alors que les concurrents n'ont aucune chance.



Comme l'a signalé Politico, cela pose également le problème de la suppression des cookies tiers sur Chrome : si Google annonce qu'il va mettre en place un système de remplacement, même si cela ne profitera pas aux concurrents de Google,



cette approche profitera beaucoup à l'entreprise.



Les cookies permettent aux participants tiers d'évaluer l'efficacité des campagnes publicitaires. "Le modèle commercial publicitaire de Google peut soulever la question de savoir si les normes qu'il choisit d'introduire sont finalement conçues pour répondre à ses propres intérêts. Les acteurs du marché craignent que, bien que Google supprime progressivement les cookies tiers requis par d'autres cookies numériques. Chambre des représentants le comité a déclaré que pour les agences de publicité, Google peut toujours s'appuyer sur les données collectées par l'ensemble de l'écosystème.



Les autorités ont également présenté les différentes acquisitions que Google a réalisées au fil des ans pour développer son activité de publicité en ligne, d'abord avec DoubleClick en 2007, puis avec InviteMedia, Admob et AdMed. En fournissant des services à ces entreprises, Mountain View a construit un énorme outil publicitaire, soutenu par son moteur de recherche et son navigateur. Par conséquent, le ministère de la Justice peut demander à Google de se séparer de ces acquisitions. Android a également un problème avec le système d'exploitation produit par Google : l'entreprise va l'utiliser pour consolider son monopole sur les moteurs de recherche.



À l'heure actuelle, nous ne sommes pas sûrs des exigences des autorités américaines, mais ce qui est certain, c'est qu'elles ont décidé de briller sur la fourmilière. Si Google doit vendre Chrome, ce sera la première fois qu'un tribunal ordonne la destruction commerciale des États-Unis depuis des décennies.

Anonymous

undefined

Rejoignez Skōp, c'est gratuit!

Le magazine collaboratif qui vous paye pour écrire, voter & partager.

  • Aucune publicité pour les donateurs
  • Auteurs rémunérés par les dons des lecteurs
  • Contenu exclusif et personnalisé
  • Publication facile de tous vos écrits