Abstention, piège à cons ?

Si elle reste l'élection la plus participative, la présidentielle est un arbre qui cache de moins en moins la forêt des abstentionnistes.

En grande partie liée à la personnalité des candidats, elle donne dans l'opinion autant de poids aux hommes qu'à leurs idées, on privilégie souvent le stroytelling au débat de fond. La campagne en cours, avec ses affaires en tout genre ou ses candidats sans programmes, est d'ailleurs un modèle du genre.

On a bien souvent l'impression d'être dans un concours de télécrochet plus que dans un choix de destinée nationale...

Désintérêt du peuple pour la politique ? Beaucoup d'éditorialistes voient dans ce "parti abstentionniste" grandissant le signe d'une démocratie en danger. Mais de quelle démocratie parlons-nous ?

Abstention, piège à cons ?

En 2012, 9 millions d'inscrits ne s'étaient pas déplacés aux urnes que ce soit au premier ou au second tour. Ce qui, rapporté aux résultats finaux, impacte directement la représentativité réelle du président élu.

En effet, si l'on prend en compte ce chiffre, et que l'y on ajoute les votes blancs ou nuls – 700 000 au 1er et 2 150 000 au 2nd tour tout de même ! – on constate que 22, 30 % des inscrits ont voté François Hollande le 22 avril et 39 % le 6 mai.

Le président élu ne représente donc que 39 % de la population en âge de voter. Quand on sait que le candidat Hollande a lui-même dû en grande partie sa qualification comme candidat à la débandade du favori des primaires du PS. Quand on sait aussi qu'une majorité d'électeurs lui ont donné leurs voix pour éliminer Nicolas Sarkozy du pouvoir plus que par adhésion à son projet...

Pire encore, aux Législatives qui ont suivi, plus importantes car permettant d'appliquer un programme, 19 millions d'abstentionnistes ont été recensés, soit près d'un inscrit sur deux !!

Ceux qui ne votent pas n'ont pas à se plaindre du résultat des urnes, nous objectera-t-on. Certes.

Mais l'abstentionniste endurci qui voudrait se donner une chance de se rendre dans l'isoloir en étudiant les aboutissements des dernières élections retournerait sans doute bien vite renouveler son abonnement au club de pêche.

Sans évoquer plus en détails les précédentes élections, ou même le traité de Lisbonne, que les Français avaient mis à la porte avant que le président Sarkozy ne le fasse rentrer par la fenêtre, il suffit de faire le point sur le quinquennat qui s'achève pour se rendre compte de l'Etat de la démocratie soi-disant mise en danger par les non-votants.

Outre la façon dont le président Hollande est arrivé au grade suprême (élimination du favori des primaires + "tout sauf Sarko"), si l'on reprend notre idée de représentativité réelle, 21,80% des inscrits ont donc élu une majorité de député PS pour appliquer son programme. Signe d'un pays en phase avec ses politiques...

Abstention, piège à cons ?

Toujours est-il que c'est ce programme qui est arrivé en tête. L'électeur qui voit son choix se concrétiser a donc toutes les chances de se réjouir ? Pas sur.

En effet, si quelques promesses sociétales ont été tenues, la mesure phare du quinquennat de François Hollande restera la Loi Travail dite "El Khomri". Déterminante sur les plans économique et social, elle est pourtant critiquée par une grande partie des électeurs et même par certains cadres du parti majoritaire.

Principal reproche ? Ne pas apparaître dans le programme pour lequel le président a été élu. Pire, certains opposants radicaux assurent même qu'elle contredit les engagements du candidat Hollande, faisant notamment référence à son discours du Bourget et à sa réplique "mon ennemi c'est le monde de la Finance".

Face aux difficultés, Manuel Valls utilise l'article 49-3, empêchant de fait tout rejet du Parlement. Considéré comme un "déni de démocratie" par le François Hollande de 2006, alors Premier secrétaire du PS, il permet au Premier ministre de faire pression sur sa majorité en l'obligeant à valider l'un de ses choix, ou à renverser le gouvernement, et donc mettre cette majorité en péril.

En résumé, la réforme la plus impactante pour les Français n'aura été choisie par aucun électeur, et promulguée sans vote par les parlementaires. Belle promotion pour la Démocratie (directe et indirecte)...

Abstention, piège à cons ?

En ce qui concerne l'échéance 2017, outre les affaires et la faible présence des questions de fond dans le débat déjà évoquées, les abstentionnistes ont d'ores et déjà semble-t-il de quoi se réjouir.

Les primaires instaurées aux élections de 2012 devaient renforcer la démocratie participative. Inspirées du modèle américain, elles tendaient à favoriser le bipartisme et éloigner les extrêmes, la droite rebaptisant son parti "Les Républicains" pour bien accentuer cette référence US.

Or, force est de constater qu'elles tendent plus à diviser les partis en leur sein qu'à déclencher des entousiasmes populaires. Les candidats éliminés et même les cadres ont beaucoup de mal à se ranger derrière le représentant désigné. Il suffit de constater les nombreuses défections subies par Benoit Hamon, candidat légitime du PS, au profit d'Emmanuel Macron, lancé hors des primaires...

Ce système de pré-élection, initié par le parti de la rose, sera même sans doute sa dernière épine avant dissolution.

Abstention, piège à cons ?

Face à ces éléments, l'abstentionniste n'est pas près de changer ses plans du dimanche pour aller mette un bulletin dans l'urne. Oui mais ?

Oui, mais nos ancêtres se sont battus pour le droit de vote et ne pas y aller est une insulte à ces braves gens !

Oui, mais tant de pays privent leurs concitoyens du droit de choisir leurs dirigeants !

Oui, mais ne pas voter fait le jeu des extrêmes !

Pour ce dernier point, mise à part le fait qu'imputer le vote de certains à d'autres est tout de même assez culotté, on peut imaginer qu'une part importante des abstentionnistes n'opterait pas automatiquement pour un "vote utile" dans l'isoloir. On aurait peut-être même tendance à penser l'inverse.

Viens ensuite l'idée de conquête du droit de vote au prix de la vie de nos aïeux. Si les révoltes et les combats de l'Histoire ont eu leurs raisons d'être, il est difficile de faire d'une réalité d'antan une logique contemporaine.

Antoine Buéno, dans No Vote! Manifeste pour l'abstention, rappelle que le vote est une liberté et non une obligation. Il le met en parallèle avec le droit de chasse, conquit à la même époque et qui n'oblige personne à prendre un fusil.

Le droit de ne pas voter est donc pour lui une liberté aussi importante que celui de se rendre aux urnes.

En ce qui concerne les modèles de gouvernement et la Démocratie comme panacée que nous présente nos responsables politiques, soucieux de préserver leur situation, laissons le mot de la fin à Octave Mirbeau qui évoquait déjà cette question dans son article du Figaro intitulé "La Grève des électeurs" et paru en 1888 :

"Les moutons vont à l'abattoir. Ils ne disent rien, et ils n'espèrent rien. 
Mais du moins ils ne votent pas pour le boucher qui les tuera et pour le bourgeois qui les mangera. 
Plus bête que les bêtes, plus moutonnier que les moutons, l'électeur nomme son boucher et choisit son bourgeois. 
Il a fait des Révolutions pour conquérir ce droit."

Rejoignez Skōp, c'est gratuit!

Le magazine collaboratif qui vous paye pour écrire, voter & partager.

  • Aucune publicité pour les donateurs
  • Auteurs rémunérés par les dons des lecteurs
  • Contenu exclusif et personnalisé
  • Publication facile de tous vos écrits